mostre, news — septembre 4, 2021 at 5:00

Cartier et art islamique, mariage à Paris




Qu’est-ce qui unit l’art islamique à un joaillier de luxe comme Cartier ? Plus que vous pouvez imaginer. Une exposition à Paris (du 21 octobre 2021 au 20 février 2022) organisée au Musée des Arts Décoratifs découvre des connexions et des influences surprenantes. L’exposition s’intitule Les Arts de l’Islam. Aux sources de la modernité, et est co-organisé par le Musée des Arts Décoratifs de Paris et le Dallas Museum of Art, où il est apparu l’année dernière.

Collier in oro, platino, diamanti, ametiste, turchesi. Commissionato dal duca di Windsor per la duchessa, 1947
Collier in oro, platino, diamanti, ametiste, turchesi. Commissionato dal duca di Windsor per la duchessa, 1947

Il s’avère donc que Cartier a utilisé certains des motifs ornementaux traditionnels de l’art islamique dans la conception de ses bijoux. L’exposition comprend plus de 500 pièces dont des bijoux et objets Cartier, des chefs-d’œuvre de l’art islamique, des dessins, des livres, des photographies et des documents d’archives. L’exposition explore les origines de cette influence à travers le contexte culturel parisien et la figure de Louis et Jacques Cartier, deux des petits-fils du fondateur, qui ont joué un rôle important dans la création d’une nouvelle esthétique empreinte de modernité.
Diadema in oro, corallo, diamanti
Diadema in oro, corallo, diamanti

Fondée en 1847 par Louis-François Cartier, la Maison parisienne s’est d’abord spécialisée dans la vente de bijoux et d’œuvres d’art. Le fils du fondateur, Alfred, reprend l’entreprise en 1874 et son fils aîné, Louis, la rejoint en 1898. À cette époque, Cartier conçoit ses propres bijoux, tout en continuant à revendre des antiquités. Au début du XXe siècle, Louis Cartier cherche de nouvelles inspirations. Et Paris est l’épicentre du commerce de l’art islamique : à travers les grandes expositions organisées au Musée des Arts Décoratifs à Paris en 1903 puis à Munich en 1910, Louis découvre le design exotique.
Ornamento per turbante in piume, platino, oro e diamanti, 1924
Ornamento per turbante in piume, platino, oro e diamanti, 1924

L’exposition explore également les voyages de Jacques Cartier, comme celui en Inde en 1911, où il rencontre les maharajahs du sous-continent. Ces sources d’inspiration et bijoux orientaux ont enrichi les collections de la Maison Cartier, comme les ornements de turban, les pompons, les bazubands (un bracelet allongé porté sur le haut du bras). Cartier a utilisé ces formats pour plusieurs bijoux, avec un résultat exceptionnel. Formes d’amandes, palmettes, feuillages, paillettes, volutes, écailles, ont été interprétés avec du lapis lazuli et de la turquoise, associant le vert de jade ou d’émeraude au bleu de lapis lazuli ou de saphir pour créer son célèbre modèle de paon.
Portasigarette in oro e smalto, 1924
Portasigarette in oro e smalto, 1924

Cartier, diadema in platino e diamanti, 1923
Cartier, diadema in platino e diamanti, 1923
Cartier, bracciale in oro e diamanti
Cartier, bracciale in oro e diamanti

Cartier, tiara in platino, diamanti e turchesi, 1936
Cartier, tiara in platino, diamanti e turchesi, 1936







Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *