Diamanti, news — juin 1, 2018 at 5:00

Les diamants synthétiques de De Beers






De Beers dans l’affaire des diamants synthétiques: le géant produira 500 000 carats par an ♦ ︎
Si vous y réfléchissez, la nouvelle est presque paradoxale: DeBeers, le colosse mondial du diamant, propose désormais des pierres artificielles. Si, jusqu’à présent, De Beers est apparu comme l’ennemi juré des diamants artificiels, il a maintenant décidé de les vendre. Comme l’écrivait le général chinois Sun Tzu il y a environ 2500 ans: si vous ne pouvez pas battre l’ennemi, rejoignez-le.
Comme nous l’avons écrit plusieurs fois sur Gioiellis.com, les diamants artificiels se distinguent de moins en moins des diamants naturels. Un examen gemmologique simple, même par un expert, n’est pas capable d’indiquer quel diamant est vrai et lequel est faux ou, mieux, créé en laboratoire. Très peu de centres d’analyse, avec des machines très coûteuses et difficiles à utiliser, sont aujourd’hui capables de déterminer si une pierre a été extraite d’une mine à Leshoto (par exemple) ou produite dans une usine en Chine ou aux Etats-Unis.
Ainsi, les diamants synthétiques commencent à être vendus de plus en plus souvent, et sont parfois vendus avec des certificats (faux) qui attestent de leur authenticité. Pourquoi, alors, n’a pas envahi le marché? Pour deux raisons. Le premier est que la production de diamants synthétiques de haute qualité est un processus coûteux et, par conséquent, le prix est inférieur mais pas trop par rapport à une pierre naturelle. La seconde est qu’une invasion de diamants aurait pour effet de faire baisser le prix sur le marché et est le résultat qu’aucune entreprise qui négocie des diamants ne veut atteindre.
En bref, maintenant le diamant artificiel est toujours pour toujours? De Beers tente d’amortir la clameur de la nouvelle: ce sera, explique l’entreprise, une activité secondaire, commercialisée sous la marque Lightbox. Peut être. Mais le fait est que pour produire des diamants artificiels, De Beers a investi 94 millions de dollars dans une usine de diamants synthétiques à Portland, Oregon (USA). Et il a déjà une autre usine active en Angleterre. Selon les prévisions, l’usine américaine produira des diamants pour 500 000 carats par an. Les diamants synthétiques de De Beers auront un avantage: ils ne seront pas vendus pour des pierres naturelles, un cauchemar pour les bijoutiers et les clients. Seront-ils appréciés par les consommateurs? Federico Graglia



De Beers, collana Radiating Lotus
De Beers, collana Radiating Lotus
Collana della linea Awakeing, con un diamante pendente di 18,79 carati blu-verde e diamanti bianchi
Collana della linea Awakeing, con un diamante pendente di 18,79 carati blu-verde e diamanti bianchi
Spilla De Beers, Blooming Lotus, con diamanti di diverso taglio
Spilla De Beers, Blooming Lotus, con diamanti di diverso taglio
De Beers, anello della linea Awakening
De Beers, anello della linea Awakening
De Beers, bracciale Glacier
De Beers, bracciale Stream con diamanti a goccia taglio pera

De Beers, anello con diamante giallo da 70 carati montato su oro rosa







3 Comments

  1. Nooo, che brutta notizia….. la caduta di un mito.

    • Ciao Stefania, ma è sempre meglio sapere che cosa si acquista…

      • Hai assolutamente ragione, in questo modo almeno il consumatore è consapevole.
        Sicuramente sbaglio io, ma mi sembra uno scendere a compromessi solo per il vil danaro…… e da un colosso simile sembra proprio un rinnegare tutti i valori che ha difeso fino a ieri…..

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *