asta, news — juin 19, 2018 at 1:02

Les joyaux de la dynastie Borbone-Parme





Les bijoux de la dynastie Bourbon-Parme et Marie Antoinette Reine de France aux enchères avec Sotheby’s ♦ ︎

De la cour de Versailles (et de la guillotine subséquente) à la vente aux enchères de Sotheby’s: c’est le long voyage des bijoux de Marie-Antoinette (colliers et boucles d’oreilles), la reine de France exécutée par Robespierre et son mari le roi Louis XVI, pendant la Révolution française. Les bijoux seront mis aux enchères le 12 novembre à Genève chez Sotheby’s, dans une vente baptisée Royal Jewels de la famille Bourbon-Parma. Une dynastie qui, comme ils l’expliquent à Sotheby’s, a été au centre de l’histoire de l’Europe grâce à l’imbrication des liens familiaux, de la France à l’Autriche, de l’Espagne à l’Italie.
Au total, une centaine de lots seront mis en vente, « tous issus de la même famille, le Borbone-Parme », explique Daniela Mascetti, vice-présidente de Sotheby’s High Jewellery en Europe, en avant-première. « C’est l’une des plus importantes collections de bijoux jamais apparues sur le marché ». Il est bon de méditer sur les mots de Daniela Mascetti. D’abord, parce que c’est une autorité mondiale sur le sujet. Deuxièmement, parce que l’autorité combine l’autorité. Troisièmement, parce que Daniela Mascetti est en mesure de tempérer la passion avec le scrupulosité nécessaire, en particulier dans des cas comme ceux-ci, dans lequel établir des estimations et des valeurs est très difficile. « Quelle est l’importance de l’origine d’un bijou par rapport à sa facture? Difficile à établir, mais il pèse beaucoup », explique l’expert de Sotheby’s à gioiellis.com. « Pensez juste à un cas comme celui des bijoux qui appartenaient à Wallis Simpson dans les années 80. Une estimation d’environ 5 millions aux enchères a atteint 30 millions ».
En bref, la vente aux enchères Sotheby’s du 12 novembre promet des étincelles. Aussi parce que les bijoux d’origine noble sont nombreux et pour certains Sotheby’s est encore à l’œuvre. En effet, avant de les présenter aux enchères, le parcours familial complexe des bijoux fait l’objet, comme dans les films policiers, d’un travail de détective de l’équipe de Daniela Mascetti. Nous sommes donc sûrs que le pendentif de diamants avec une perle naturelle de dimensions exceptionnelles (26 mm x 18 mm), estimée à un prix de départ de 1-2 millions de dollars, est placé sur le décolleté de Marie Antoinette, ainsi que le collier de 119 perles naturelles. Et que la paire de boucles d’oreilles estimée à 30.000-50.000 dollars a d’abord été transportée en Belgique avec d’autres bijoux pour voler les révolutionnaires, puis passée au cousin de Marie-Antoinette, l’empereur d’Autriche, qui les a ensuite remis à la soeur de Reine de France, Maria Teresa, emprisonnée et libérée trois ans après le gouvernement républicain.
Maria Teresa, appelée Madame Royale, a ensuite laissé une partie de ses bijoux à sa nièce Luisa di Francia, duchesse de Parme, jusqu’à Roberto I, le dernier duc de Parme. Par exemple, il était destiné à Luisa di Francia (1819-1864), neveu de Charles X, roi de France, et mère de Robert Ier, un ensemble extraordinaire composé de 95 diamants, dont cinq appartenaient à Marie-Antoinette. Toujours dans la même collection sont des pièces telles que l’épingle en forme de noeud en diamants et rubis birman de 6,89 carats et une bague avec diamant fantaisie orange-rose (inhabituel pour l’époque) donné par son père à l’archiduchesse Maria Anna d’Autriche à l’occasion de la naissance de l’enfant. La vente comprendra également une tiare de diamant offerte par l’empereur François Joseph (1830-1916) à sa nièce, l’archiduchesse Maria Anna d’Autriche (1882-1940) pour son mariage en 1902 avec Elia di Borbone, duc de Parme (1880-1959) , une broche en or jaune reçue par la princesse Maria Pia di Borbone-Due Sicilie à l’occasion du mariage de Roberto I, et une paire de boucles d’oreilles « en girandole » en diamants appartenant au duc de Parme. Difficile de se souvenir d’une vente aux enchères avec plus de sang bleu.




Spilla a fiocco in diamanti e rubino birmano da 6,89 carati, appartenuta a Maria Anna d'Austria

Spilla a fiocco in diamanti e rubino birmano da 6,89 carati, appartenuta a Maria Anna d’Austria

Daniela Mascetti

Daniela Mascetti

Pendente con diamanti e perla naturale di eccezionali dimensioni (26 x 18 millimetri) appartenuto alla regina Maria Antonietta

Pendente con diamanti e perla naturale di eccezionali dimensioni (26 x 18 millimetri) appartenuto alla regina Maria Antonietta

Tiara di diamanti donata dall'imperatore Francesco Giuseppe a sua nipote, arciduchessa Maria Anna d'Austria

Tiara di diamanti donata dall’imperatore Francesco Giuseppe a sua nipote, arciduchessa Maria Anna d’Austria in occasione del matrimonio

Ritratto di Maria Antonietta

Ritratto di Maria Antonietta

Spilla con pendente in oro giallo e diamanti ricevuta dalla principessa Maria Pia Borbone-Due Sicilie in occasione del suo matrimonio con Roberto I

Spilla con pendente in oro giallo e diamanti ricevuta dalla principessa Maria Pia Borbone-Due Sicilie in occasione del suo matrimonio con Roberto I

Anello con diamante fancy orange-pink

Anello con diamante fancy orange-pink






Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*