news — décembre 18, 2019 at 5:00

Les diamants pour le bal des débutantes





Une fois que le bal des débutantes a marqué l’entrée des filles de 18 ans dans la société. La danse était réservée aux filles et aux garçons de familles riches et aristocratiques. Les filles débutantes s’inclinaient devant la reine (en Grande-Bretagne), elles portaient des vêtements blancs, des gants et des diadèmes. Cette tradition est oubliée depuis de nombreuses années, pour revenir à la mode à la fin des années 1980. Le problème est que maintenant les filles n’attendent pas 18 ans pour assister aux fêtes et aux salons. L’arrivée des réseaux sociaux, comme Facebook ou Instagram, a également fait de la socialité un phénomène universel. Alors à quoi sert la danse d’une (presque) débutante aujourd’hui? Pourtant, de Vienne à Paris, ils sont toujours organisés.

Ralph and Russo for the wonderful gown-of HRH Princess Maria Carolina (da Instagram)
Ralph and Russo for the wonderful gown-of HRH Princess Maria Carolina (da Instagram)

En France, par exemple, le traditionnel bal des débutantes a été organisé de 1957 à 1973. Mais en 1994, Ophélie Renouard a inventé une version moderne, Le Bal. C’est une soirée dansante qui, en plus, vise à récolter des fonds pour la charité. Et, étant donné que les filles ont largement assisté à des fêtes et à des événements sociaux, le véritable début grâce au Bal est celui des médias, y compris des photos publiées dans des magazines à potins et des sites Web spécialisés. L’idée a sa propre logique.

Debs and Chevaliers
Debs and Chevaliers

Le Bal sent aussi l’exclusivité: seulement une vingtaine de jeunes femmes sélectionnées et autant de cavalières peuvent participer, ainsi que des invités (non-debs) prêts à payer pour l’événement. Par règlement, les chevaliers portent la cravate blanche classique, tandis que les maisons de haute couture habillent les Debs.
Diadema di diamanti con fiore di giglio in oro realizzato da Harakh e indossato per l'edizione 2019 di Le Bal a Parigi
Diadema di diamanti con fiore di giglio in oro realizzato da Harakh e indossato per l’edizione 2019 di Le Bal a Parigi

Dans un monde toujours connecté sans frontières, les Debs et les chevaliers viennent d’une douzaine de pays différents et incluent les fils de managers, entrepreneurs, aristocrates célèbres, avec une touche de divertissement. Quelques noms pour donner une idée: la princesse Fawzia Latifa d’Egypte, la princesse Sarah Poniatowska, la princesse Adishree Singh, la princesse Gauravi Kumari de Jaipur, la princesse Akshita Bhanjdeo, Ananya Panday, Isha Ambani, Ashna Mehta, Elisabeth Senghor, Diane et Chloé Bouygues, Caroline et Nadine Ghosn. Ou, cette année, Jane Li, fille de la star emblématique du film d’action chinois Jet Li.
Anello con diamanti a goccia di Harakh
Anello con diamanti a goccia di Harakh

Qu’est-ce que la danse débutante a à voir avec les bijoux? Eh bien, pour 2019, le bijoutier officiel de l’événement, organisé au Shangri-La Hotel à Paris, était l’Indien Harakh Mehta. Sa maison, Harakh, un mot qui signifie joie, a fourni de la haute joaillerie avec des diamants taille poire. La Maison est célèbre pour ses diamants, montés sur platine ou or 18 carats, et ses pierres de couleur D, E, F et VS, VVS ou IF (impeccables en interne).
Orecchini Raindrop in oro bianco e diamanti di Harakh
Orecchini Raindrop in oro bianco e diamanti di Harakh

Harakh Mehta est un spécialiste du diamant de quatrième génération: l’activité familiale a commencé au début du XXe siècle entre le Gujarat et le Rajasthan et est actuellement basée à Mumbai. La notice biographique du joaillier spécifique qui pratique habituellement le yoga et la méditation. Mais, peut-être, maintenant il aime aussi le bal.
Orecchini con cascata di diamanti di Harakh
Orecchini con cascata di diamanti di Harakh







Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *